Herta, du 100% naturel

Alimentation

Annonceur :    HERTA
Catégorie :        Alimentation
Agence :              ?

Note Globale
OIP :                    1,4
Internautes :    0,7

Herta (marque du groupe alimentaire NESTLE) nous propose, dans l’édition du 26 janvier 2009 du journal gratuit Métro, une pleine page sur des soupes 100% naturel, plantés au milieu d’un petit jardin de légumes. Cette publicité fait écho au spot publicitaire diffusé l’année dernière et actuellement du jambon Tendre noix, lui aussi 100% naturel.
Le problème est que l’affirmation « 100% naturel » est un argument non fondé et n’est garantit par aucun label officiel. Cette affirmation repose sur une autocertification de l’annonceur. Elle peut clairement induire en erreur les consommateurs, pourtant bien au fait de la certification officielle Agriculture Biologique. En respect de la notion de véracité (1er principe de la recommandation Développement durable), l’annonceur aurait dû fournir d’avantage d’explications pour permettre au consommateur de juger de la qualité environnementale du produit.

1.    La publicité induit en erreur par les mots employés.
OIP 1
Internautes 0,3

Le mot « naturel » ne peut être considéré comme une garantie suffisante dans la mesure où il n’apporte aucune information objective sur l’innocuité du produit. L’uranium, le plomb, le mercure sont des éléments 100% naturel, mais ce sont des éléments qui sont pourtant mortel à une certaine dose.
Pourtant, l’indication « 100% naturel » est visible trois fois indiquant une volonté de suggérer des vertus écologiques que le produit n’a pas objectivement.

>    Fondements :
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

2-1 La publicité doit proscrire toute déclaration de nature à tromper directement ou indirectement le consommateur sur la réalité des avantages ou propriétés écologiques des produits ainsi que sur la réalité des actions que l’annonceur conduit en faveur de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

2. La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )
OIP 1
Internautes 0,7

La composition graphique, en présentant des bouteilles de soupes en situation dans un jardin potager connote le produit comme un produit naturel issu de l’agriculture de proximité alors que les éléments de composition de ces produits peuvent être issus de site de production industriel hors sol et sous serre.
Pour finir, les emballages sont mis en situation (dans un potager) comme quelque chose de naturel. Ce qui est tout le contraire !

>    Fondements :
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

1-1.5 Toute allégation ou représentation publicitaire comme toute utilisation d‘un signe ou d‘un symbole dans la publicité doivent pouvoir être justifiées par l‘annonceur / Recommandation Développement durable (2003)

2-12 Le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que des couleurs qui pourraient y être associées, ne doit pas suggérer des vertus écologiques que le produit ne possèderait pas / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

3.    La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve
OIP 1
Internautes 0,2

« 100% naturel » qu’est-ce que cela veut dire. L’uranium, le plomb, le mercure sont des éléments 100% naturel, mais ce sont des éléments qui sont pourtant mortel à une certaine dose. L’annonceur produit quelques éléments de réponse sur sa démarche (Charte Qualité Herta) disponible sur son site Internet (site Belge). Herta nous dit qu’elle est une des plus exigeantes et des plus complètes, sauf que l’on ne peut pas la télécharger pour le vérifier. Le respect de la charte est vérifié régulièrement par un organisme indépendant, mais nous ne savons ni par qui, ni à quelle fréquence. Il faut appeler un numéro pour l’obtenir. Mais ce qui nous a été donné de lire ne fournit pas plus d’informations concrètes et reste flou sur tous les points. Pour finir, l’indication qui est faite par un astérisque à la suite du mot « Naturel » renvoie à une indication que les « ingrédients sont d’origine naturelle », ce qui n’apporte rien à la compréhension du caractère naturel du produit si ce n’est que les ingrédients ne sont pas des ingrédients de synthèse ou artificiels et que la bouteille en plastique n’est pas un produit naturel mais transformé. (2.7 / recommandation arguments écologiques 2002).

>    Fondements :
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

2-2 L’annonceur doit être en mesure de produire tous les éléments propres à justifier ses allégations, indications ou présentations publicitaires / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

2-7 L’annonceur devra indiquer en quoi le produit présente les qualités qu’on lui attribue et éventuellement dans quel contexte  / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

4.    La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service
OIP 1
Internautes 0,3
En affirmant que ces produits sont « 100% naturel », Herta n’offre aucune information objective sur l’innocuité des produits si ce n’est que ces soupes ne sont pas réalisés à partir d’ingrédients artificiels.
De plus, la question de l’emballage et de sa nécessaire réduction ainsi que de son recyclage est occultée dans cette communication alors que c’est une question importante concernant l’impact des produits sur l’environnement.

>    Fondements :
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

2-6 La publicité ne doit pas donner ou paraître donner une garantie totale ou complète d’innocuité dans le domaine de l’environnement, lorsque les qualités écologiques du produit ne concernent qu’un seul stade de la vie du produit ou qu’une seule de ses propriétés / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

2-8 L’allégation ne doit pas induire que le produit présente des caractéristiques particulières au regard de la réglementation et des usages, dès lors que tous les produits similaires présenteraient ces mêmes caractéristiques relatives à la protection de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

2-9 L’allégation ne doit pas induire une fausse supériorité et/ou permettre à un produit de se distinguer abusivement d’autres produits similaires ou possédant des caractéristiques analogues en ce qui concerne leur contribution à la protection de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

5.    La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l’environnement
OIP 3
Internautes 1,9

La question de l’utilisation abusive de l’emballage est une question essentielle pour réduire l’empreinte écologique que nos société imposent à la planète. Pour rappel, le mode de vie actuel d’un(e) Français(e) nécessite plus de 3 planètes.
Rien n’est dit dans cette publicité sur la question de l’emballage, pire l’emballage est mis en situation (dans un potager) comme quelque chose de naturel. Ce qui est tout le contraire !!
Nous attendons d’Herta des engagements et des solutions pour réduire l’impact de ses emballages.

>    Fondements :
2-14 Aucune publicité ne peut représenter des comportements contraires à la protection de l’environnement sans correctif positif, non plus qu’inciter à des comportements contraires à la protection de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

Note globale

OIP
1.4

Internaute 0.8

Afficher plus de détails sur la note OIP

La publicité induit en erreur par les mots employés

OIP
1.0

Internaute 0.5

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )

OIP
1.0

Internaute 0.9

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve

OIP
1.0

Internaute 0.3

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

OIP
1.0

Internaute 0.5

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l'environnement

OIP
3.0

Internaute 2.0

Afficher plus de détails sur la note OIP

Votez et Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de anti ayatollahs, le 18 février 2010 - Note : 4.0

    La mauvaise foi et la désinformation n’est pas toujours du côté des publicitaire. Il suffit en effet de lire la plupart de vos commentaires et des appréciations des internautes pour le constater. Je m’explique :
    1. D’un point de vue général, tout consommateur non frappé de débilité sait pertinemment qu’il a affaire à une publicité et non pas à une information ou un article de presse. Le sens critique existe chez nous tous, surtout quand on est bien averti qu’il s’agit de publicité dont l’objectif légitime et non condamnable est de présenter un produits sous ses aspects les plus positifs. Il semble en fait, à la lecture des commentaires (les vôtres et ceux des internautes) qu’il s’agit plus d’une opposition de principe à la publicité qu’une volonté d’inciter les publicitaire à un minimum de déontologie.
    2. Pourquoi parler d’absence de preuve d’inocuité alors que cette publicité ne revendique en rien cette qualité, ni explicitement, ni implicitement. Il est très clairement précisé que l’adjectif naturel se rapporte aux ingrédients, lesquels ne comportent effectivement aucun éléments artificiel ou de synthèse. Voici cette liste : Légumes 61% (pomme de terre, carotte, poireau, céleri, potiron, courgette, petit pois, tomate à base de concentré, oignon), Eau de cuisson, Beurre, Crème laitière, Sel, Persil, Cerfeuil 0.15%, Levure, Ciboulette, Poivre. Aucun additif, conservateur, colorant, exhausteur,etc… Quand à mentionner le plomb comme élément naturel pour… « plomber » ce terme, c’est de la pure mauvaise foi car cela laisse à penser pour ceux qui vous lisent et ne pourraient vérifier la liste des ingrédients que celle-ci comportent des éléments naturels mais qui pourraient être nocifs. Chasse au sorcières, inquisition… La publicité trompeuse existe, mais « l’information » trompeuse existe aussi manifestement… Pourquoi également parler de vertus écologiques ? S’agissant d’alimentation, l’adjectif « naturel » signifie tout simplement qu’on ingère pas de produits synthétiques, lesquels sont davantage de nature à porter atteinte à la santé que des produits exempts d’additifs de synthèse. Il n’y a là aucune allégation écologique. C’est vôtre prédisposition d’esprit qui vous fait voir partout des allégations écologiques, même là où il n’y en a pas.
    3. Vous critiquez la mise en situation dans un jardin. Pouvez-vous me dire quel idiot ou quel martien peut croire une seule seconde que des soupes proposées par un industriel notoire peuvent être préparées à partir de légumes venant du jardin de Madame Michu, Monsieur Dupont ou de chez le voisin ??? Pourquoi alors ne pas condamner les publicité de vacances qui montrent le soleil alors que celui-ci n’est pas garanti ?
    Et vous critiquez la mise en situation des emballages dans le jardin comme quelque chose de naturel. Quel débile peut pensez que des bouteilles en plastique poussent en terre ??? Celui qui prend les consommateurs pour des abrutis n’est pas forcément celui que l’on croit. Et c’est bien parce que la présence de ces bouteilles dans un jardin est plutôt inattendue que la publicité propose cette situation. Le but est d’attirer l’attention en étonnant, en montrant quelque chose d’inhabituel (pas tant que ça d’ailleurs, car nombre de jardiniers utilisent divers objets voyants en plastique pour coiffer des piquets et repérer leurs rangs cultivés).
    4. Vous critiquez le caractère vague de la charte et l’absence de preuve… Apportez vous même l’absence de précision de cette charte. Vous affirmez sans prouver. Par ailleurs, il est précisé que celle ci n’est pas de l’auto certification mais fait au contraire l’objet d’une certification par un organisme tiers. Cette affirmation est suffisante, peut importe que la certification vienne de Bureau Veritas, CerpaQ, Apave ou toute autre organisme. La marque Herta s’engage, et une telle marque, avec de tels enjeux ne peut se permettre d’affirmer qu’il y a une certification par un organisme tiers si cela n’est pas le cas. Par ailleurs le caractère naturel du produit n’est revendiqué que pour la soupe elle-même (ses ingrédients) mais pas pour l’emballage. Qui peut croire une seconde que les bouteille en plastique poussent sur les arbres ou en terre, quand bien même s’agirait-il de plastique issu de matières végétales ? Et à ce que je sache, personne n’a l’idée d’ingérer le plastique de la bouteille. En consommant ce produit, on n’ingère effectivement que des éléments naturels et non nocifs.
    5. Vous critiquez le manque d’information objective sur l’innocuité de ces soupes. Parce que l’absence d’ingrédients non naturels n’est pas suffisant ? Qu’y a-t-il de nocif dans : « Légumes 61% (pomme de terre, carotte, poireau, céleri, potiron, courgette, petit pois, tomate à base de concentré, oignon), Eau de cuisson, Beurre, Crème laitière, Sel, Persil, Cerfeuil 0.15%, Levure, Ciboulette, Poivre » Mauvaise foi… Vous critiquez l’absence de communication sur le caractère plus ou moins environnemental de l’emballage. Vous voudriez qu’une publicité soit absolument exhaustive concernant toute information au produit vanté??? Sur une page de publicité (et pas d’information), c’est évidemment impossible. En outre, quand bien même des consommateurs seraient tenté d’acheter ces soupes, il restent qu’en magasin, ceux-ci ont tout loisir pour consulter l’emballage pour s’informer de façon complémentaire, et par exemple savoir si l’embalage est en plastique ou en carton, savoir s’il est recyclable (en l’occurrence il l’est). Quant à la réduction des emballages, voulez-vous que cette publicité conseiulle au lecteur de choisir plutôt des soupes en bouteilles de 10 litres plutôt que 600 ml pour réduire la masse d’emballage , Soyez honnêtes, sérieux et réalistes, SVP !
    6. Vous critiquez l’absence de « correctif positif » sur la question de l’environnement. Dans ce cas, nous sommes tous condamnables, vous y compris. L’existence même de ce site a nécessité de nombreux déplacements de personnes, de la consommation de papier, d’énergie, etc… Sa consultation est consommatrice d’électricité, etc… et nulle part dans cette page je ne vois de recommandation de votre part sur la fait de ne pas consulter votre site de façon excessive (cela consomme de l’électricité), ni de précision sur les mesures que vous auriez prises pour rendre, écologiquement parlant acceptable la production de ce site internet. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Les publicités n’ont pas pour vocation d’éduquer les consommateurs. Les autorités, les associations sont là pour ça. Eventuellement les journalistes…

    A critiquer des publicités qui ne sont en rien condamnables, on banalise en revanche d’autres qui sont elles vraiment criticables, en les mettant toutes au même niveau.
    En fait, ce n’est pas la publicité trompeuse que vous n’aimez pas, c’est la publicité tout court, laquelle, faut-il le rappeler, n’est pas de l’information…, de même qu’un roman n’est pas de l’information, un film au cinéma n’est pas de l’information.
    J’espère que mon commentaire sera publié, mais jusqu’à preuve du contraire, il m’est permis d’en douter tant vous prenez beaucoup de liberté avec le souci d’objectivité.
    Alors chiche ?

  2. Commentaire de AliceAxel, le 11 novembre 2009 - Note : 0.0

    .

  3. Commentaire de candv, le 12 avril 2009 - Note : 0.8

    La soupe dans un potager ne veut pas forcément dire que le potager produit du bio.

  4. Commentaire de encartonrecycled, le 24 mars 2009 - Note : 0.8

    Les astérisques cachent toujours le mauvais côté…alors la mettre en évidence comme ça, bravo l’agence de pub…

  5. Commentaire de pimousse3000, le 17 mars 2009 - Note : 1.8

    Cette pub, c’est vraiment l’art de brasser du vent et de prendre les gens pour des gros CONSommateurs.

    « ingrédients d’origine naturelle », euh il vaudrait mieux, même si c’est de la soupe en boîte non?

    100% naturel? – les pesticides, – les engrais, – les conservateurs… Ce genre d’argument essaie de tromper le consommateur avec le logo AB.
    Tout ça dans un beau jardinet avec un petit rayon de soleil… c’est pas mignon?

  6. Commentaire de Pandapascontent, le 3 mars 2009 - Note : 1.4

    L’Uranium, c’est aussi naturel
    Les emballages dans le potager.
    Cela fait beaucoup…
    Acheter vos fruits et légumes chez une AMAP, c’est moins dangereux.

  7. Commentaire de lililalili, le 3 mars 2009 - Note : 0.4

    Marre des produits « naturels » dans des emballages. Surtout que c’est quand même pas difficile à faire, une soupe potiron-carottes !

  8. Commentaire de fanfois, le 22 février 2009 - Note : 0.8

    Je suis anti-emballages, à environs 70% « Bio » et grand amateur de soupes faites maison!

    A mon humble avis, la seul soupe méritant le qualificatif « 100% naturel » est faite maison avec des légumes cultivés localement (d’un maraîcher du coin ou mieux, de votre jardin) sans pesticide (le 100% ça se mérite!)
    Et croyez moi, il n’y a rien de tel!

    A mes yeux le terme « naturel » n’est donc pas vague du tout et cette étiquette est trompeuse à au moins 70%.

  9. Commentaire de RoKodA, le 19 février 2009 - Note : 0.8

    C’est bien de manger équilibré. Mais si l’on veut du 100% naturel il vaut mieux manger les fruits et légumes que l’on produit dans son jardin.
    Un groupe qui produit de la nourriture en grande quantité et l’emballe dans des bouteilles plastiques a du mal à me faire croire que ses produits sont 100% naturels. Ou alors il oublie l’emballage …

  10. Commentaire de AnOnymE, le 11 février 2009 - Note : 0.6

    Il auraient mieux fait de se contenter de rester sur les pates à tartes… « 100% d’origine naturelle* » avec le petit * qui renvoit à « Ingrédients d’origine naturelle » >> Traduction : C’est pas des OGM! Cool ca tombe bien on devrait bientôt les interdire! A part ca les autres ingédients ont n’en parle pas… Conservateurs, edulcorants… N/C

  11. Commentaire de MissPanda, le 9 février 2009 - Note : 0.8

    Le terme « naturel » est complètement vague et ne signifie pas grand chose. En tout cas cela ne signifie aucunement que le produit soit exempt de pesticides ou produit selon les principes de l’agriculture biologique. De + aucun label certifiant cette mention n’apparaît.
    100% naturel ne veut pas dire non plus que les conditions de production soient écologiques ou que l’entreprise ait adoptée une quelconque démarche de développement durable.

  12. Commentaire de Philker12, le 8 février 2009 - Note : 1.0

    Le petit * en haut et à droite de 100% NATUREL qui renvoi a un commentaire beaucoup moins lisible en faisant référence à des « ingrédients d’origine naturelle » permettant toutes les fantaisies possibles. Il semble que l’on remplace « BIO » par « NATUREL ».

  13. Commentaire de ut0pian, le 8 février 2009 - Note : 1.0

    Une honte cette pub… comment surfer sur la vague verte actuelle tout en en vendant des produits non issu de l’agriculture biologique, avec un emballage non recyclable etc…
    Hélas ils ne sont pas les seuls.

  14. Commentaire de antovador, le 7 février 2009 - Note : 0.4

    Le mot « naturel » est fait pour contourner la loi de l’usage du « bio » n’oublions pas qu’ils éxistent des produits naturels destructeurs de l’environnement comme le pétrole. Oui, le pétrole est un produit naturel!! pour souligner que « 100 % naturel » ne signifie strictement rien. l’emballage est il biodégradable ? Comment expliquer qu’une soupe potagère « 100 % naturel » puisse se conserver quelques semaines sans déboucher alors qu’une soupe fait maison ne peut pas évidemment se conserver si longtemps ?

  15. Commentaire de wwf, le 7 février 2009 - Note : 1.4

    Bonjour,

    Nous vous rappelons que L’Observatoire Indépendant de la Publicité est un espace ou l’argumentation prime avant tout. Vous avez à votre disposition, à la rubrique « Ressources / Infos« , les règles déontologiques applicables à l’utilisation d’arguments écologiques et applicables au développement durable, définies par l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP), ainsi que des éléments de lois concernant la publicité.

    Expliquez nous en quoi la publicité que vous commentez contrevient ou ne contrevient pas à ces règles. Une analyse de L’Observatoire sera rendue le 1er mars 2009 sur les six publicités présentées en page d’accueil et s’appuiera volontiers sur les éléments de réponses que vous nous aurez suggérés.

    Bien cordialement à tous,

  16. Commentaire de ALFRED5657, le 6 février 2009 - Note : 0.0

    Lorsque l’on sait comment l’industrie agro-alimentaire travaille (et surtout les grands groupes tels Nestlé auquel Herta est rattaché) on ne peut que douter « à 100 % » de la réalité du message transmis.

    La seule règle suivie par eux à 100% c’est : le bénéfice maximum à reverser aux actionnaires, au mépris des règles d’humanité mimimales : respect de l’homme et de la nature.

    La note 0 s’impose.

  17. Commentaire de Louisa, le 5 février 2009 - Note : 1.0

    Puisqu’on ne peut pas dire « bio », disons donc « naturel », tiens, profitons-en, il n’est pas encore interdit, celui-là, dans la pub…

    Notez la petite étoile à côté de « naturel » qui annonce quelques réserves, au cas où…

    Généralement, la petite étoile incite à la méfiance…

    Un doute me saisit : il existerait donc des carottes artificielles ? ;-)

  18. Commentaire de DIOGENE83, le 4 février 2009 - Note : 0.8

    L’utilisation de produits chimiques dans une culture industrielle intensive doivent exclure l’utilisation du mot ‘naturel’

  19. Commentaire de fanfanlu, le 4 février 2009 - Note : 0.4

    Le naturel ne veut rien dire. je parie qu’ils n’ont pas changé la composition de leur produit avant le greenwashing ils ont juste rajouté « 100% naturel » sur l’emballage, car oui avant il y avait aussi de la carotte ou de la pomme de terre qui sont des produits naturels mais se cotoie aussi des exhausteurs de goût, des colorants, des conservateurs, etc…

    on mets le produit dans un potager et hop, la confusion se fait entre naturel et bio…

  20. Commentaire de Delph, le 4 février 2009 - Note : 0.8

    Herta se met au vert. C’est un début. Il faut bien que tout le monde se nourrisse, et la saison n’est pas toujours idéale pour cultiver soi-même ses propres produits, légumes et autres denrées. Bien sûr, l’industrialisation n’est pas en phase avec l’environnement, mais je ne crois pas que « fabriquer » de la soupe soit aussi contrariant que surproduire des véhicules de particuliers, par exemple. Si l’étiquette est lisible pour le consommateur, alors c’est une question de goût, aussi. La variété n’est pas l’ennemie de la nature.

  21. Commentaire de stumpet, le 4 février 2009 - Note : 1.0

    « Naturel » n’engage à rien (on trouve beaucoup de choses dans la nature, même du pétrole et du cyanure), mais a son petit effet pour le consommateur.

    Le fait de mettre les produits directement dans le jardin fait oublier tout le processus de fabrication/transport, qui est loin d’être écologique…ou naturel.

  22. Commentaire de mike, le 4 février 2009 - Note : 1.2

    Ici Herta surfe sur la vague verte. De fait, les produits comme ces soupes sont servies dans leur environnement : des soupes de légumes dans un jardin potager, c’est logique. Cependant, la mention « 100% naturel » ne signifie pas que les ingrédients sont sains, et que le produit est bon pour l’environnement et la santé.

    La pub ainsi composée n’est pas fausse, ne raconte pas de fausse promesse.

    Cependant, là encore, Herta pourrait -à défaut de changer la composition de ses produits car ça serait vraiment un plus d’enlever les exhausteurs de gouts, les arômes, les surplus de sels, etc.- rendre sa pub plus transparente en affirmant des choses simples, puisqu’ils en ont le goût (cf. signature) : « Herta, soupes d’origines naturelles »…

  23. Commentaire de donie, le 4 février 2009 - Note : 1.2

    Le terme « Naturel » reste flou et vague, la marque n’affirme pas « bio », mais l’ambigüité créee par le message lui permet de pouvoir être assimilée « bio ».

  24. Commentaire de Elzazie, le 4 février 2009 - Note : 0.0

    Herta a beau vouloir bousculer son image de marque « industrielle », elle ne peut pas affirmer que ses produits (chimiques) sont 100% naturels même s’ils sont au rayon frais!

    D’autant que leurs emballages ne sont même pas bio degradables!!

  25. Commentaire de paulinegomez, le 3 février 2009 - Note : 0.2

    Le terme 100% naturel n’est pas acceptable dès lors que ce produit n’est pas issu de l’agriculture biologique. 100% naturel et bourrés de légumes traités à grands coups de pesticides n’est absolument pas compatible.
    De plus l’utilisation de bouteilles plastiques,même avec un bouchon vert, au milieu d’un potager n’a rien d’écologique.