L’ARPP saisie pour la publicité France Betteraves sur le bioethanol

Une plainte collective a été déposée le 19 décembre 2008 devant l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) contre la publicité de France Betteraves concernant l’éthanol de betterave utilisé comme carburant pour les voitures.

Les associations de protection de l’environnement, dont le RAC-France, le WWF et les Amis de la Terre, avaient alors contestés les messages « écologiques » véhiculés par cette publicité, qui induisaient le consommateur en erreur. Deux affirmations de France Betteraves sont notamment inexactes: celle qui fait de la betterave « une réserve inépuisable d’énergie renouvelable » et celle qui affirme que le « bioéthanol de betterave » permet de réduire les émissions de CO2 de 60% par rapport au carburant classique.

L’ARPP a décidé de faire passer cette publicité devant son Jury de déontologie publicitaire. Le RAC-F et les Amis de la Terre seront donc entendus le 6 février à 9h pour réaffirmer que les arguments écologiques véhiculés dans cette publicité sont faux.

Le délibéré devrait être rendu d’ici quelques jours.

Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de Toupidek, le 5 février 2009 - Note :

    Bonjour,
    Le fait que le sénat, dans la discussion sur le projet de loi Grenelle I, ait adopté le 30 janvier l’amendement déposé par les sénatrices et sénateurs Verts tendant à remplacer, dans toutes les dispositions de la loi, le mot « biocarburants » par celui d’ « agro-carburants », est une importante avancée.
    Il s’agit, en effet, de ne pas laisser penser qu’un prétendu « biocarburant » ait quoi que ce soit à voir avec un produit « bio », terme qui doit être réservé aux produits de l’agriculture biologique – ce qui n’est à l’évidence pas le cas de l’éthanol produit à partir de grandes cultures dopées aux engrais chimiques et aux pesticides de synthèse.
    Maintenant, rien n’empêcherait un agriculteur de produire des betteraves répondant au cahier des charges de l’agriculture biologique, et un producteur d’éthanol d’en acquérir. Ce n’est qu’à cette condition que la publicité pour son carburant pourrait, peut-être, mentionner qu’il est fabriqué avec des betteraves bio.
    Ce qui, pour autant, ne rendrait pas « bio » le carburant en question.
    Accessoirement, l’avis de l’Agence bio serait aussi le bienvenu.