Volkswagen, la sortie de route

Transport

Une voiture sur la banquise, une accroche sur l’eco-conscience de Volkswagen, un rappel que le constructeur est engagé dans «une écologie sans compromis ». Pas de doute, on retrouve la patte de l’agence V dont la doctrine semble, « plus c’est gros, plus ça passe ». Ce publirédactionnel est un bijou de mauvaise foi.

La publicité induit en erreur par les mots employés.
« L’éco-conscience de Volkswagen », « Conscient des ses responsabilité vis-à-vis de l’environnement, Volkswagen veut un rôle actif dans l’avenir de la planète. », « L’écologie sans compromis », « Parce que le réchauffement climatique nous concernent tous et dès maintenant, Volkswagen agit dès aujourd’hui pour réduire les émissions de CO2. […] Parce qu’il n’est jamais trop tard pour protéger l’environnement, Volkswagen commercialise d’ores et déjà une gamme de véhicule Diesel particulièrement respectueuse, baptisée BlueMotion : elle allie écologie et économie. », « Volkswagen s’adresse ainsi à tous les conducteurs sensibles à la protection de l’environnement. », « Avec à la clé, le sentiment de participer au quotidien à la préservation de notre planète bleue. ». Encore un petit effort et Volkswagen va nous expliquer que conduire ses modèles dépollue la planète…

L’annonceur est en droit de faire la promotion de ses modèles, comme le consommateur de l’acheter. Pourtant, il n’est pas en droit de faire croire qu’acheter une voiture est un acte éco-compatible qui profite à la planète. Acheter une voiture n’est pas un acte anodin. Répétons le encore une fois : pour l’instant la voiture propre ou écologique n’existe pas. Le parc automobile est composé de modèles plus ou moins polluants. C’est ce qui conduit la Norvège à interdire l’utilisation de l’argument écologique dans la publicité automobile depuis octobre 2007.

En affirmant que la gamme « BlueMotion » offre à l’automobiliste un « plaisir de conduire responsable », elle occulte le fait qu’il existe des modes de déplacement alternatifs moins polluants (trains, vélos) d’une part, et d’autre part, que les constructeurs ont encore beaucoup d’efforts à produire pour réduire les émissions de CO2 mais aussi des NOX et particules fines.

Enfin, la marque devrait s’interroger sur son « éco-conscience » quand on sait que parallèlement elle a mis sur le marché des modèles particulièrement polluant comme son 4X4 Tiguan. La gamme « BlueMotion » ne fonctionnerait-elle pas comme le moyen de masquer une réalité moins glorieuse ?

> Fondements
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

2-1. La publicité doit proscrire toute déclaration de nature à tromper directement ou indirectement le consommateur sur la réalité des avantages ou propriétés écologiques des produits ainsi que sur la réalité des actions que l’annonceur conduit en faveur de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )
La voiture est mise en scène sur un lac gelé. La représentation d’un véhicule hors des voies de circulation autorisées est interdite par la loi (article L362-4 du code de l’environnement). Ajoutons à cela que le paysage choisi est symbolique. S’apparentant à une banquise –on ne distingue d’ailleurs pas vraiment le type de lieu-, ce paysage fait le lien avec la problématique du dérèglement climatique et la politique de réduction de réduction des émissions de CO2 mis en place pour la gamme BlueMotion.

> Fondements
2-12. Le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que des couleurs qui pourraient y être associées, ne doit pas suggérer des vertus écologiques que le produit ne possèderait pas / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

ARPP, Note de doctrine sur les véhicules dans les espaces naturels, juin 2007

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve
L’avantage du publi-rédactionnel est d’offrir l’espace éditorial nécessaire pour donner des explications à l’image d’une article de presse. Certes des argument sont offerts au public : « optimisation », « recherche du meilleure rendement », «système Start and Stop », « filtre à particules », etc. Toutes ces améliorations vont dans le bon sens et offrent des modèles, qui au regard de la motorisation, émettent moins de CO2 qu’auparavant. Mais pour être honnête, il faudra aussi les comparer à l’état du marché gamme par gamme et des attentes réglementaires en termes d’objectifs d’émission tant au niveau européen que national.

> Fondements
2-7. L’annonceur devra indiquer en quoi le produit présente les qualités qu’on lui attribue et éventuellement dans quel contexte  / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service
C’est sans doute sur ce point que la marque est en pleine sortie de route. Prétendre que les modèles présentés bénéficient d’un « maximum de technologie » pour un « minimum d’émission de CO2 » est tout à fait disproportionné. De même, fanfaronner sur le fait que la marque a fait le choix de « l’écologie sans compromis » est déplacé quand on sait que par ailleurs, le constructeur fait la promotion de son 4X4 Tiguan, un modèle énergivore et polluant.
Quoi qu’il en soit, la gamme BlueMotion – même avec ses améliorations – ne peut nullement se prémunir de contribuer « à protéger notre environnement ». Elle ne fait que limiter la pollution. Nuance.
Il serait souhaitable que Volkswagen s’interroge plus sur la soutenabilité écologique de certaines de ses gammes de voitures et fasse évoluer l’ensemble de son parc vers les critères de sa gamme BlueMotion. En résumé, BlueMotion fonctionne comme l’arbre qui masque la forêt pour permettre à la marque de se dédouaner à bon compte. C’est ce que l’on appelle de l’écoblanchiment.

> Fondements
1-1.1 La publicité ne doit pas tromper le public sur la réalité des actions de l‘annonceur en faveur du développement durable, ni sur les propriétés de ses produits et services en la matière / Recommandation Développement durable (2003)

2-6. La publicité ne doit pas donner ou paraître donner une garantie totale ou complète d’innocuité dans le domaine de l’environnement, lorsque les qualités écologiques du produit ne concernent qu’un seul stade de la vie du produit ou qu’une seule de ses propriétés / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

2-13. Dans le cas où il serait impossible, compte tenu des difficultés rencontrées en la matière, de justifier de formulations globales, la publicité utilisera de préférence des formulations telles que  » contribue à la protection de votre environnement par… « ,  » contribue à protéger votre environnement par… « ,  » contribue à l’environnement par…  » en ajoutant des précisions nécessaires sur les éléments concernés / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l’environnement
Ce n’est pas le cas, on peut d’ailleurs saluer le fait que le constructeur fait la promotion de la conduite responsable. Dans un secteur toujours prompt à fantasmer sur la vitesse, c’est une bonne nouvelle.

>Fondements
2-14.
Aucune publicité ne peut représenter des comportements contraires à la protection de l’environnement sans correctif positif, non plus qu’inciter à des comportements contraires à la protection de l’environnement / Recommandation arguments écologiques (Oct. 1998)

***************************

Dernière date de diffusion constatée : juin 2009 ( Automobile Magazine )
Télécharger la publicité Volkswagen en qualité supérieure.

Note globale

OIP
1.6

Internaute 1.3

Afficher plus de détails sur la note OIP

La publicité induit en erreur par les mots employés

OIP
0.0

Internaute 1.1

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )

OIP
2.0

Internaute 1.7

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve

OIP
2.0

Internaute 0.9

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

OIP
0.0

Internaute 0.6

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l'environnement

OIP
4.0

Internaute 2.3

Afficher plus de détails sur la note OIP

Votez et Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de MISTY, le 3 décembre 2009 - Note : 0.0

    voiture polluante, c’est tout!

  2. Commentaire de fanfanlu, le 13 août 2009 - Note : 1.2

    Du bleu de l’air pur et hop une voiture. je fais confiance à WV pour me parler d’écologie…

  3. Commentaire de greenwizz, le 7 août 2009 - Note : 1.8

    Faire quelques menus efforts pour réduire les émissions de CO2 de ses voitures, c’est bien, en faire tout un plat et parler de « l’écologie sans compromis », faut pas pousser !! Chers amis de Volskwagen, si vous voulez vraiment arrêter les compromis, laissez tomber la production de voitures et lancez une gamme de vélos !

  4. Commentaire de astroboy, le 7 juillet 2009 - Note : 2.2

    un peu de provocation et de défense des industries pour faire bondir mes amis « doux rêveurs ». VW est un leader mondial de l’automobile, une industrie qui a des marges de manoeuvre aussi grandes que celles d’un pétrolier lancé à pleine vitesse sur une mère d’huile (désolé pour les images). Il ne faut pas s’attendre à des changements de comportements radicaux, mais celui qui ne perçoit pas les changements du côté des consommateurs depuis quelques mois est sacrément myope. Le consommateur n’est pas qu’une larve qui gobe tout ce qu’on lui dit et cette pub n’est pas criminelle… tout au plus elle exagère comme toute pub. Pour revenir à VW ou tout autre fabricant de voiture, des changements sont en cours et en matière de communication on va bouffer de l’éco(bonne)-conscience. Et alors y a pas mort d’homme, que toute cette com commence par ringardiser les grosses voitures et les mauvais comportements au lieu que l’on s’insurge contre son côté prétenduement écolo. On peut tout critiquer l’hybride, les prouts de vache, les ampoules basse conso, le simple fait de respirer… je ne vois aucune réflexion positive sur votre site et que des lapalissades? C’était mieux de rouler avec des voitures plus polluantes? C’est mal de « sensibiliser » les gens après des décennies de de jmenfoutisme? Je vois au quotidien des choses bien pires faites par de organismes publics des hommes politiques… qui devraient donner l’exemple, qu’une pub privée qui par définition n’est pas objective! En parallèle je cherche des infos objectives sur les ampoules à basse conso et leur nocivité, si quelqu’un en a je suis preneur. Merci et sans rancune.

  5. Commentaire de krokrobien, le 6 juillet 2009 - Note : 0.6

    Déjà j’adore le petit « communiqué » en haut a droite qui donne un petit coté officiel a la pub…

    Au niveau du vocabulaire employés on y va pas par 4 chemins, c’est de « l’écologie sans compromis », une « eco conscience ». On ne rigole pas avec les superlatifs, on a un « maximum » de technologie pour un « minimum » d’émissions.
    Alors je veux bien que l’industrie automobile fait des efforts et qu’il réduisent leur émission mais de la a avoir une « eco conscience » il y a encore du chemin.

    Au niveau graphique, on continue a ratisser large, ciel magnifique, bord de mer et glace. Cadre naturel qu’on retrouve régulièrement sur les routes européenne d’ailleurs…

    « La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve ».
    Si comme 99/100 des gens vous ne lisez pas le pavé en caractère 8 on a tout simplement l’impression que c’est une voiture qui fonctionne a l’éolien. Mais c’est effectivement dans le pavé que l’on découvre sa consommation et ses rejets CO2, et que l’on apprends que ce n’est pas la révolution de « l’ecologie sans compromis »…puisqu’elle fait comme les autres, elle roule avec du pétrole, et rejette du carbone. Quel surprise!

    C’est finalement toujours récurent dans les pubs, d’appâter le client avec de jolies formule et d’ajouter en tout petit au fond a gauche la triste réalité qui fait beaucoup moins rever…

    Je met 3 pour la dernière question parce que d’après moi il y a pas de comportement contraire aux exigences de protection de l’environnement. Si ce n’est peut être d’avoir une voiture mais la faut pas exagérer puisqu’une majorité des gens qui en possèdent en ont vraiment besoin.

  6. Commentaire de pimousse3000, le 15 juin 2009 - Note : 0.2

    C’est du BlueWashing!!! :-) Quand on sait que Volkswagen est le plus gros pollueur européen, c’est vraiment du foutage de gueule d’oser éditer un pseudo-article publicitaire sur l’environnement, avec des termes aussi forts que « l’éco conscience / écologie sans compromis ». (Eco-cons aurait suffi)

    je mets 0 partout sauf 1 au dernier. En effet, on ne met pas vraiment en scène de comportements contraires à la protection de l’environnement, si ce n’est que la voiture semble se trouver sur le littoral, ce qui n’est pas sa place!

  7. Commentaire de dgeo, le 14 juin 2009 - Note : 1.8

    Réduites au « minimum »: pour un véhicule surpuissant bien sûr…

    Composition graphique: qui roule sur la glace en france ? Avec une voiture de série ?

    Pour la partie électronique de plus en plus conséquente dans les véhicules « propres », ou sont fabriqués/recyclés les composants, à TRES forte teneur en produit TRES nocifs ?

  8. Commentaire de Koukou, le 13 juin 2009 - Note : 2.0

    Ces voitures révèlent une réelle réduction de la consommation. Mais la motivation n’a rien à voir avec une protection de l’environnement : il s’agit de vendre des voitures à des clients qui – eux – ont une sensibilité écologique. C’est aussi un moyen de se préparer à l’avenir.