Mercedes, espèce inattendue

Transport

Quel est le point commun entre le dragon des mers, le dryade de Fanny, la papillon citron, la raie pastenague et le nouveau « SUV compact Mercedes GLK 220 CDI BlueEFFICIENCY » ? A priori rien. L’analogie avec des espèces animales est douteuse, voire de très mauvais goût quand on met en perspectives l’impact des émissions de CO2 sur les écosystèmes (acidification des océans, pollutions diverses, dérèglement climatique). La seule bonne nouvelle est sans doute de se dire qu’un tel véhicule avec des émissions entre 176 et 182 grammes CO2 par kilomètre est condamné à la disparition.

La publicité induit en erreur par les mots employés.

On ne peut pas utiliser le terme « espèce » pour un véhicule. C’est un regrettable abus de langage qui institue de façon abusive une correspondance entre un être vivant et un objet.

> Fondements

6-2
Lorsque les termes et expressions utilisés font l’objet d’une définition fixée par une norme, ils doivent être employés dans un sens qui correspond à cette définition.

La publicité induit en erreur par la composition graphique (images et couleurs)
La mise en parallèle visuelle entre les espèces et le véhicule renforce le propos qui vise à confondre espèce vivante et modèle automobile alors que la correspondance est plus qu’aléatoire.

> Fondements

7-3 Sans exclure leur utilisation, l’emploi d’éléments naturels ou évoquant la nature ne doit pas induire en erreur sur les propriétés environnementales du produit ou des actions de l’annonceur.

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service
Une émission entre 176 et 182 grammes CO2 par kilomètre place le SUV compact Mercedes GLK 220 CDI BlueEFFICIENCY dans la fourchette haute des émissions de CO2 au niveau européen et français. Certes, ce modèle n’est pas le pire dans le domaine des 4X4 ou SUV mais au regard de la moyenne du marché français qui est de 145 grammes, cela reste un modèle à fort impact environnemental.

> Fondements

1-1 La publicité ne doit pas induire le public en erreur sur la réalité des actions de l’annonceur ni sur les propriétés de ses produits en matière de développement durable.

2-1 Le message publicitaire doit exprimer avec justesse l’action de l’annonceur ou les propriétés de ses produits, en adéquation avec les éléments justificatifs dont il dispose.
La réalité de ces actions ou propriétés peut s’apprécier au regard des différents piliers du développement durable, des différents types d’impacts possibles et des différentes étapes de la vie du produit.

2-2 Le message publicitaire doit être proportionné à l’ampleur des actions menées par l’annonceur en matière de développement durable ainsi qu’aux propriétés du produit dont il fait la promotion.

Dernière date de diffusion constatée : 2009
Diffusion: presse magazine
Télécharger la publicité mercedes en qualité supérieure.

Note globale

OIP
2.2

Internaute 0.5

Afficher plus de détails sur la note OIP

La publicité induit en erreur par les mots employés

OIP
2.0

Internaute 0.4

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )

OIP
2.0

Internaute 0.4

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve

OIP
1.0

Internaute 0.5

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

OIP
1.0

Internaute 0.1

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l'environnement

OIP
5.0

Internaute 0.9

Afficher plus de détails sur la note OIP

Votez et Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de Pandapascontent, le 14 février 2010 - Note : 1.0

    Ce qui est inattendu c’est de faire encore la promotion d’un véhicule qui émet de 176 à 182 g de CO2 au Km. C’est le genre d’espèce dont ne regrettera pas l’extinction.

  2. Commentaire de claude, le 19 janvier 2010 - Note : 0.0

    Bonjour les dégats.

  3. Commentaire de pimousse3000, le 2 janvier 2010 - Note : 0.6

    Une pub pour 4×4 est, par définition une insulte à l’écologie! Quand bien même une usine serait capable de produire un 4×4 propre, il s’agit là d’un symbole de surconsommation, synonyme de destruction de la planète. Bref, on ne peut que mal noter cette pub, qui en plus se moque du monde, car indirectement, l’auto + le transport + le pétrole sont responsables de la disparition de tas d’espèces…

  4. Commentaire de winamax, le 29 décembre 2009 - Note : 0.0

    Les seules espèces dont on à envie qu’elles disparaissent très vite sont les autos et surtout ces 4×4!!

  5. Commentaire de antovador, le 23 décembre 2009 - Note : 0.4

    « inattendue »? les bagnoles sont pires que les espèces dits nuisibles comme les cafards, les rats car crée par l’espèce le plus nuisible de tous, l’Homme. Sérieusement je trouve que l’industrie automobile nous prends encore pour des abrutis. 180 g/km franchement et chère en plus.

  6. Commentaire de MISTY, le 3 décembre 2009 - Note : 0.0

    très ordinaire et polluant cet inattendu….

  7. Commentaire de sosomoi, le 25 novembre 2009 - Note : 1.8

    On voit de belles images de la nature qui portent à confusion, il s’agit ici d’un moyen de transport quand même !

  8. Commentaire de cletmo, le 19 novembre 2009 - Note : 0.4

    consommation très exagérée au su de ce qu’il est possible aujourd’hui pour d’autres véhicules
    Cletmo

  9. Commentaire de bulbosaure, le 18 novembre 2009 - Note : 0.4

    Une voiture n’est pas une espèce naturelle, voire en voie de disparition…

  10. Commentaire de chofie, le 19 septembre 2009 - Note :

    En tout petits caractère on a les émissions de CO2, env. 180g/km, de quoi contribuer joyeusement à la disparition des autres « espèces inattendues » citées par la pub….

  11. Commentaire de embryo, le 16 septembre 2009 - Note : 0.0

    c’est très simple: une voiture n’est pas une espèce animale.

    Une grosse voiture consommant beaucoup n’est pas en accord avec le respect de la nature donc pour moi cette publicité est mensongère.