Audi, la suite logique …

Transport

Audi nous propose un éco-geste supplémentaire : acheter un de ses modèles. Soutenir la filière du papier recyclé français et ne pas participer à la déforestation de l’Amazonie ou de l’Indonésie par un un geste simple. Limiter l’incinération et les sites d’enfouissement en triant ses déchets, simplement. On s’attend alors avec Audi à une rupture technologique digne de ce nom. Tout l’habitacle en plastique ABS recyclé ? Une réduction du poids du véhicule de 30 % ? Non. Juste une voiture comme avant qui émet 119 grammes de CO2 par kilomètre. Pas de quoi se hisser au rang d’éco-geste.

La publicité induit en erreur par les mots employés.

« Économies d’énergie, papier recyclé, tri des déchets … L’Audi A4 2.0 TDIe serait une suite logique ». Nous avons, ici dressé, une liste de quelques gestes de bon sens pour réduire l’impact environnemental des citoyens, chez eux et sur leur lieu de travail. Acheter l’Audi A4 2.0 TDIe serait donc, au même niveau, dans la continuité des action pré-citées, un geste pour réduire son impact environnemental.

Nous nous interrogeons d’une part sur l’astuce du discours. Réduire ses émissions de CO2 en achetant une voiture qui en émet moins, c’est déjà faire un progrès. Mais pourquoi choisir cette voiture plutôt qu’une autre qui émettrait encore moins que 119 grammes par kilomètre ? Parce que nous sommes devant une formulation de communication opportuniste qui n’a pas de véritable fondement.

D’autre part, mettre au même niveau la réduction de la consommation d’énergie, le choix du papier recyclé, le tri des déchets et l’achat d’une voiture nous semble disproportionné. Dans la mesure où vous pouvez réduire votre consommation énergétique, vous pouvez réduire l’utilisation de la voiture. Cette publicité ne vous le propose pas. Dans cette publicité, vous ne pouvez pas vous passer de voiture, donc choisissez celle que l’on vous présente.

L’annonceur est un habitué des procédures de contrôle de l’ARPP. Cette publicité a donc suivi le cheminement classique avant d’être autorisée. Pourtant, dans le bilan publicité environnement de 2007, il est fait mention, page 15, que l’acte de conduire une voiture ne peut pas être mis sur le même plan que les éco-gestes. Si si :

Ainsi, acheter une voiture moins polluante que les autres est vertueux pour l’environnement, mais démarrer une voiture, ou rouler avec une voiture, aussi peu émettrice soit-elle, reste encore aujourd’hui une nuisance pour l’environnement. Ces actes ne peuvent pas être mis sur le même plan que des éco-gestes. (Bilan publicité et environnement ARPP-ADEME, 2007)

> Fondements
1-1 La publicité ne doit pas induire le public en erreur sur la réalité des actions de l’annonceur ni sur les propriétés de ses produits en matière de développement durable.
6-1 Les termes et expressions utilisés ne doivent pas induire le public en erreur sur la nature et la portée des propriétés du produit ou des actions de l’annonceur en matière de développement durable.

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

Une voiture qui émet 119 grammes de CO2 par kilomètre, c’est toujours moins polluant qu’une voiture qui en rejette 150. Considérer que faire ce choix est un geste environnemental et qui plus est au même niveau que le tri des déchets, c’est un pas qu’Audi franchit sans scrupule. Est-ce une action significative pour pouvoir être revendiquée ? Non. Triez, réduisez, changer de produit, mais ne changez rien à votre façon de vous déplacer, tel est en substance le message qui se dégage de cette annonce.

> Fondements
1-3 Les actions des annonceurs et les propriétés de leurs produits dans ce domaine doivent être significatives pour pouvoir être revendiquées.
2-2 Le message publicitaire doit être proportionné à l’ampleur des actions menées par l’annonceur en matière de développement durable ainsi qu’aux propriétés du produit dont il fait la promotion.

Note globale

OIP
2.6

Internaute 1.8

Afficher plus de détails sur la note OIP

La publicité induit en erreur par les mots employés

OIP
0.0

Internaute 1.3

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )

OIP
5.0

Internaute 4.3

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve

OIP
2.0

Internaute 1.3

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

OIP
1.0

Internaute 0.3

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l'environnement

OIP
5.0

Internaute 2.0

Afficher plus de détails sur la note OIP

Votez et Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de Florent.rey, le 8 février 2011 - Note : 1.0

    Tout simplement scnadaleux d’établir ainsi des raccourcis sur ce genre de publicité.

  2. Commentaire de dgeo, le 4 janvier 2011 - Note : 1.6

    Il aurait fallu parler du recyclage… de la voiture !

  3. Commentaire de enjoygael, le 20 octobre 2010 - Note : 3.6

  4. Commentaire de kidsinhalf, le 20 septembre 2010 - Note : 1.0

    Notez que le chiffrage CO2 ressort peu en raison du fond plus foncé qui arrive pile au bon moment.