Monsavon 100% essentiel

Hygiène & Beauté

Annonceur : Monsavon
Support
: Spot TV – juillet 2011
Agence
: -
Titre de la publicité
: « Monsavon 100% essentiel »

Il semblerait que la grande mode soit aux pourcentages. Aux chiffres qui prouvent la réalité de l’engagement d’une marque. Ainsi Renault promet 100 % électrique, 0 % émission. La nuance n’est pas de ce monde publicitaire : soit tout est parfait, soit rien n’est mauvais. Quant à Monsavon, leur nouveau gel douche est 100 % quoi ? 100 % essentiel. Surtout 100 % invérifiable.

Autre tendance des publicités, l’argument principal est donné directement dans le nom ou sur le packaging. Cela permet de se mettre à l’abri des règles de l’auto-régulation, ces deux domaines n’étant pas pris en compte, aussi aberrant que cela puisse paraître.

Pour info, les composants d’un de ces gels douche : Aqua, sodium laureth sulfate, sodium chloride, cocamidopropyl betaine, sine adipe lac, parfum, styrene /acrylates copolymer, citric acid, hexyl cinnamal, sodium lactate, polyquaternium-7, hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde, linalool, sodium benzoate pour un produit essentiel, ne voyez-vous pas beaucoup de substances issues de la chimie ?

La publicité induit en erreur par les mots employés.

« Sans parabène, sans colorant, sans phtalate ». Voilà le principal argument de cette publicité. Et à proprement parler, c’est exact. Par contre, ce ne saurait constituer une garantie d’innocuité. Quelle garantie ? Un label ? Il n’y en a pas.
Les composants cités sont depuis plusieurs années maintenant sur le devant de la scène et de nombreuses marques les abandonnent. Pourtant, avec Monsavon, on reste dans un modèle industriel et chimique, avec des composants en grande majorité dérivés du pétrole. En êtes-vous surpris ? C’est normal, car les mots sont employés pour détourner du 100% essentiel de ce gel douche. Au hasard dans la composition : hexyl cinnamal. Substance parfumante de synthèse (odeur de jasmin). Une des 26 substances parfumantes allergènes dont la présence doit être signalée sur l’étiquette. Nous ne nous attarderons pas sur les autres, chacun pourra le vérifier par soi-même. Alors, 100% essentiel ?

Le manque de justification sur cette expression chapeau « 100% essentiel » est criant. Pourtant, trois articles ci-dessous (3-3, 3-4 et 3-6) voudraient que le film renvoie vers des données précises. Même en allant sur le site internet de la marque, on n’en trouve pas plus. D’où un doute, voire une légitime suspicion sur la réalité de l’engagement de Monsavon.

> Fondements
1-1 La publicité ne doit pas induire le public en erreur sur la réalité des actions de l’annonceur ni sur les propriétés de ses produits en matière de développement durable.
3-3 Lorsqu’une explicitation est nécessaire, celle-ci doit être claire, lisible ou audible et, donc, répondre aux exigences de la Recommandation Mentions et renvois de l’ARPP.
3-4 Dans les cas où cette explicitation est trop longue pour pouvoir être insérée dans la publicité, l’information essentielle doit y figurer, accompagnée d’un renvoi à tout moyen de communication permettant au public de prendre connaissance des autres informations.
3-6 Tout argument de réduction d’impact ou d’augmentation d’efficacité doit être précis et s’accompagner de précisions chiffrées, en indiquant la base de comparaison utilisée.
6-1 Les termes et expressions utilisés ne doivent pas induire le public en erreur sur la nature et la portée des propriétés du produit ou des actions de l’annonceur en matière de développement durable.
6-4 Les termes, expressions ou préfixes utilisés ne doivent pas traduire indûment une absence d’impact négatif du produit ou de l’activité de l’annonceur.

La publicité induit en erreur par la composition graphique (images et couleurs)

Du classique, de l’intemporel, des valeurs sûres du greenwashing. Les paysages de nature, le ciel bleu, le soleil, les oiseaux qui gazouillent, du vert et des petites fleurs partout. Monsavon a mis le paquet. Sauf qu’à la lecture des composants des gels douche en question, la contradiction est flagrante. De tels manquements n’auraient pas dû être acceptés.

> Fondements
7-1 Les éléments visuels ou sonores doivent être utilisés de manière proportionnée à l’argument écologique et aux éléments justificatifs qui l’appuient.
7-2 Ils ne doivent pas pouvoir être perçus comme une garantie d’innocuité si cette dernière ne peut être justifiée.
7-3 Sans exclure leur utilisation, l’emploi d’éléments naturels ou évoquant la nature ne doit pas induire en erreur sur les propriétés environnementales du produit ou des actions de l’annonceur.

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

Outre l’absence de paraben, de colorant et de phtalate, le second argument environnemental concerne le packaging de la recharge, abusivement nommée « éco-recharge », avec « 67% de plastique en moins ». Deux problèmes :
- ce packaging ne concernera très certainement qu’une toute petite partie des ventes du produit ; le principe de proportionnalité des messages n’est donc pas respecté ;
- enfin, la mise en avant d’une avancée au niveau de l’emballage ne saurait compenser un produit en lui-même loin d’être éco-conçu.

> Fondements
1-3 Les actions des annonceurs et les propriétés de leurs produits dans ce domaine doivent être significatives pour pouvoir être revendiquées.
2-1 Le message publicitaire doit exprimer avec justesse l’action de l’annonceur ou les propriétés de ses produits, en adéquation avec les éléments justificatifs dont il dispose.
La réalité de ces actions ou propriétés peut s’apprécier au regard des différents piliers du développement durable, des différents types d’impacts possibles et des différentes étapes de la vie du produit.
2-2 Le message publicitaire doit être proportionné à l’ampleur des actions menées par l’annonceur en matière de développement durable ainsi qu’aux propriétés du produit dont il fait la promotion.

Note globale

OIP
2.4

Internaute 1.1

Afficher plus de détails sur la note OIP

La publicité induit en erreur par les mots employés

OIP
2.0

Internaute 1.0

La publicité induit en erreur par la composition graphique ( images et couleurs )

OIP
2.0

Internaute 0.7

La publicité affirme quelque chose de vague ou sans preuve

OIP
2.0

Internaute 1.3

La publicité surestime ou exagère le côté réellement vert du produit / société / service

OIP
1.0

Internaute 0.7

La publicité met en scène des comportements contraires aux exigences de protection de l'environnement

OIP
5.0

Internaute 1.7

Afficher plus de détails sur la note OIP

Votez et Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.

Derniers commentaires

  1. Commentaire de chipster_crevette, le 4 mai 2012 - Note : 1.4

    On peut facilement fabriquer son propre savon, pourquoi l’acheter en bouteille plastique ?
    Bon okay, ils ont créé un format plus écologique… ouf on est sauvé !

  2. Commentaire de CelineR, le 18 octobre 2011 - Note : 0.6

    La mise en situation du produit dans un champs… pour un gel douche c’st créatif dis donc!
    Pas de label pour certifier tout ça?

  3. Commentaire de thibaut107, le 3 octobre 2011 - Note : 1.2

    Ce savon est-il biodégradable?