Dynamique des investissements publicitaires

Publicité

Cet article est consacré à la mise en valeur d’une visualisation de la répartition mensuelle des investissements publicitaires (en €), par média, tous secteurs confondus, en France, en 2012. Tout cela afin de montrer ce que l’on nommera la dynamique des investissements publicitaires.

La publicité est partout, tout le temps. Voilà c’est dit. A l’OIP, nous sommes dans la controverse … Suite à un rappel de la notion d’investissement publicitaire, nous avions repris les chiffres de la profession pour montrer, sous forme de diagramme, la répartition des investissements publicitaires, par secteur d’activité en France en 2012. Nous retrouvons cette même classification.

Le triple intérêt d’une visualisation de la dynamique des investissements publicitaires

Nous voyons un triple intérêt à présenter une telle visualisation. Premièrement, elle offre un regard sur le poids mensuel des investissements publicitaires. 2 milliards d’euros sont ainsi consacrés mensuellement (en moyenne sur une année) à la diffusion de messages publicitaires, tous médias confondus, en France en 2012.

Deuxièmement, l’intérêt d’appréhender les investissements publicitaires par un découpage mensuel, pour l’ensemble des secteurs d’activités, est de visualiser le rythme publicitaire auquel les français sont exposés. Chacun se rappelle avoir vu plus de publicités pour les cadeaux de noël à l’approche des fêtes, comme des publicités pour le textile avant et pendant les périodes de soldes.

Enfin, troisièmement, cette visualisation est une confirmation, s’il fallait l’apporter, que le bruit publicitaire ne s’arrête jamais, que l’exposition est constante. Cette exposition renvoie nécessairement à chacun son rôle de consommateur. Nous devrions, à partir de cette idée, nous interroger sur les messages publicitaires qui nous renvoient également à notre rôle de citoyen, s’ils existent …

Visualisation de la dynamique des investissements publicitaires

Voilà donc en image, sur une année, à quoi peut ressembler le rythme des achats d’espaces publicitaires, tous médias confondus, en France en 2012. L’échelle verticale de gauche donne les montants des achats d’espaces, en euros. L’échelle horizontale donne les mois de l’année.

Éléments d’analyse

Le premier constat que l’on peut faire est la chute des investissements publicitaires entre juillet et septembre. La logique veut qu’en France, la période estivale est celle des grandes vacances, avec une diminution de l’utilisation des médias tels que la télévision, la radio et la presse. Moins d’audience, moins de dépenses.

Concernant la fin de l’année, hormis les secteurs de l’hygiène/beauté qui bondit au mois de décembre et les secteurs culture & loisirs, télécommunication, habillement, édition et boissons qui se maintiennent, tous les autres secteurs diminuent leurs investissements publicitaires. À noël, on offre du parfum, des livres et des objets multimédia. À noter que le secteur loisir investi de façon régulière tout au long de l’année et connaît un pic au mois de novembre, le plaçant au 2ème rang des investissements publicitaires pendant cette période.

Pour le secteur de la distribution, deux temps fort, en plus de dépenses régulières, sont le printemps et l’automne. Pour le secteur des boissons, différemment, les investissements suivent une courbe ascendante progressive du début de l’année jusqu’en juillet, avant de retomber à ce niveau bas jusqu’en octobre et de croître légèrement jusqu’en décembre.

D’autres enseignements peuvent être donnés et chacun aura désormais le loisir de se saisir de cette visualisation pour mieux comprendre en partie les enjeux de la publicité en France.

 

Commentez

Vous devez créer un compte ou vous identifier pour pouvoir commenter.